Historique

 
      * Liquor Vitae – Antiquité Grecque et Romain
 
         De 600 ans avant à 200 ans après J-C, l’origine de l’éjaculation féminine
         et son rôle dans la reproduction ont été étudié par beaucoup de philosophes
         et de médecins, de Pythagore à Hippocrate en passant par Aristote et Galien.
         Dans la vie des Grecs et des Romains c’est un événements commun. Ils ont
         appelé la Nymphéa, ou <<déesse de l’eau>>. 
         <<ce liquide stimule l’acte sexuel et donne du plaisir et lubrifie. L’écoulement
         semble procurer un certain plaisir, même aux eunuques.>>
         Les romains appelaient liquor vitae, les fluides s’écoulant des hommes et
         des femmes et contenaient l’essence vitale essentielle à la création de la vie.
 
      * Le nectar des Dieux – Inde Antique
 
        Dans certaines parties de l’Inde, l’amrita, <<nectar des dieux>>, était célébré
        en tant que fluide érotique féminin sacré. Le Tantra prospérait en Inde centrale
        et orientale, il y a environ mille ans, et utilisait la sexualité comme un outil pour
        l’instruction spirituelle.L’acte sexuel était un art et un rituel sacré.
        <<Le "nectar de lotus" de la précieuse femme libère la Grande Déesse qui s’incarne
        en elle lors du rite tantrique sexuel, peut avoir une variété de gouts différents, chacun
        accrédite des propriétés transcendantales et magiques;>>
        La philosophie tantrique encourage à boire ces fluides qui est appelé amaroli, car
        ils sont composés d’éléments nutritifs sains (hormones, vitamines, minéraux.      
        Les <<Tantras>> auxquels se réfère sont des écrits de sages yogis qui sont
        antérieur à plus de mille ans aux temples tantriques du Xéme siécle.
        La culture hindoue possède le Kama Sutra rédigé il y a plus de 2 milles ans. Dans
        le texte original, le maître yogi Vatsyayana mentionne l’éjaculation féminine dans
        un contexte qui semble faire écho aux théorie de la Grèce antique.
        A partir de ces traditions indiennes, nous nous apercevons que l’éjaculation
        féminine était un phénomène connu, reconnu par les vertus assainissantes de son
        contenu.
 
      * La troisième eau – La tradition Taoïste
  
        La tradition scientifique et philosophique taoïste chinoise, vieille de plus de 2500 ans,
        considère l’éjaculation féminine comme sacrée et essentielle à la vie. Comme le tantra
        de l’Inde antique, le Taoïsme a une théorie basée sur les << trois eaux>> de   
        l’éjaculation féminine.
        Voici ce que Maître Mantak Chia, moine bouddhiste, pense de la discussion sur
         l’éjaculation féminine trouvé dans les vieux textes taoïstes:
        <<Les taoïstes de l’Antiquité pensaient que les fluides de la femme étaient vitaux à la
        fois pour elle-même et pour son homme. La première eau est le liquide lubrifiant…>>
        La Seconde Eau est l’Eau de la Grande Excitation, au début de l’orgasme
        La Troisième Eau apparaît à l’apogée de l’orgasme (éjaculation féminine).
        Les scientifiques ont découvert que de petites quantités d’éjacula s’écoulait en
        continu de la prostate vers l’intérieur du vagin, formant un environnement
        favorisant et nutritif pour le sperme.
 
      * Vase d’éjaculation – Japo,du seizième siècle
 
       L’éjaculation féminine coule, ruisselle, et déborde dans certaines traditions antiques.
       Les japonais en firent un aphrodisiaque. Ils pensaient que l’éjacula possédait des
       vertus rajeunissantes et encourageaient à le boire à cause de sa capacité supposé
       d’inverser le processus de l’âge. Les femmes japonaises qui voulaient faire sortie cet
       éjacula utilisé heikonoinho (godemiché). Harikata était un bol attaché à un godemiché
       et un support à encens. Grâce au bol elle récupérait son éjacula. Les japonais le
       buvaient comme un thé apprécié pour ses vertus assainissantes.
 
      * Amplexus Reservatus – Tradition Catholique de l’Europe Médiéval
        
       Dans l’église catholique, les prêtres ont eu pour rôle de conseiller les couples pour
       empêcher l’amplexus reservatus (étreinte réservée). Le coitus interruptus (coït
       interrompu ou déviation du sperme en dehors des voies sexuelles féminines. Pratique
       que l’on pensait mener à la suppression de la fécondation chez les 2 sexes. Cette
       interdiction prends racine à la période médiévale.
       L’église catholique romaine déclara que le fait que les femmes n’éjaculent pas était
       un pêcher.
 
       * Les Eaux de Gaia – Peuples Indigènes
 
      Le Quodouska (union sexuelle sacrée) nous apprends que le fait de l’éjaculation
      féminine représente la capacité d’une femme à être à l’aise avec son côté masculin
      et concerne une femme libre et autonome possédant la totalité de son pouvoir et de
      son potentiel orgasmique.
      La cérémonie du Quodouska consiste à ce que la femme engendre l’immortalité de
      l’homme grâce à son éjacula, notamment quand la femme est assise sur le visage
      de l’homme et qu’elle éjacule.
      C’est de cette manière qu’il devient immortel grâce à ce Baiser de Ve. Quand
      l’éjacula jaillit de la femme, c’est le symbole de vie se répondant sur le monde
      et cela est lié à la création de l’univers, dans la mythologie Quodouska.
 
      Dans la culture celtique, la déesse celte Morrigan crée des rivières. Elle libère
      Gaïa et crée les eaux de la vie. Elle libère le courant éternel de la vie. L’eau était
      la vie.
     
     

Publicités
Cet article a été publié dans Santé & bien-être. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s